La nature

Par Maxence Belval, M1 Métier d’Historien

Je souhaitais écrire, au départ, sur l’ISNEA (Institut Scientifique Nord Est Atlantique) mais je me suis finalement rabattu sur un de ses lieux de travail. L’idée du parc animalier me plaisait beaucoup aussi mais cette idée a déjà été traitée et celle dont je vais parler va venir la rejoindre en de nombreux points. 

La nature semble être un concept un peu abstrait et on peut la considérer ou non, comme un lieu. La nature représente à elle même un peu tous les lieux à la fois, c’est un peu tout ce qui nous entoure, même si en ces temps difficile, elle semble être un concept lointain ou oublié mais qui n’a jamais été aussi convoité. On oublie trop souvent ce qu’est vraiment la nature jusqu’au moment où l’on en est privé, comme en cette période de confinement. Il s’agit ici d’une certaine forme de liberté, la nature c’est en quelque sorte l’espace non domestiqué par les humains. Je vais parler de la nature qui se rapproche le plus de la définition que j’en ai, c’est dire l’environnement naturel : bois, forêts, marais, prairies mais un simple parc ou un jardin public dans une ville peut faire l’affaire lorsque c’est le seul endroit à disposition. Ce lieu doit être, à mon sens, dépourvu au maximum de toute artificialités  pour devenir « la nature ». Pour ma part j’ai une légère préférence pour les marais car c’est à cet endroit que les espèces animales qui m’intéressent le plus, sont les plus nombreuses dont une grande partie est migratrice.  Les marais sont des milieux humides composés d’étangs, de rivières, de lacs, de petites marres, de milieux ouverts comme des prairies, de roselières ou bien de bois inondés. Aux marais on peut ajouter aussi les plages et les dunes quand il s’agit d’un milieu marin. La diversité de ces milieux a un point commun, la présence de l’eau. La multiplicité des biotopes, presque idéale, offre la possibilité de rencontrer des espèces animales très variées qui y trouvent chacune les conditions idéales pour vivre à l’année ou transiter lorsqu’il s’agit d’animaux migrateurs. La présence d’eau implique une fragilité particulière aux condition météorologiques trop sèches et aux pollutions. Les milieux humides nécessitent pour la plupart une intervention de l’homme pour les maintenir en état puisque la variété de milieux et d’espèces repose sur un équilibre fragile qu’il faut veiller à maintenir en contrôlant la qualité de l’eau par exemple. Cette fragilité se constate aussi dans les milieux très fréquentés qui finissent par subir les diverses pollutions et les dérangements incessants. Les milieux humides que je fréquente le plus se situent dans les vallées et baies de la Canche et de l’Authie. Ci-dessous, une photo personnelle qui n’est pas des plus réussies mais qui permet de constater la diversité des milieux avec à droite un bois, au centre un étang bordée d’une roselière et au fond une prairie humide. C’est un marais dans lequel je me rend occasionnellement pour faire des photos d’oiseaux migrateurs en particulier des canards.

Marais de la vallée de la Canche
Crédits: Maxence Belval, CC-BY-NC

J’ai choisi de parler de la nature car c’est un « lieu de savoir » à la portée de tous, à qui veut bien s’en donner la peine et dans lequel il est possible d’apprendre énormément sur la biodiversité. C’est d’ailleurs dans la nature que j’ai moi même beaucoup appris. Pour apprendre dans la nature il ne faut pas beaucoup d’outils. Les livres, les ordinateurs et appareils en tout genre y sont presque inutiles, un simple guide ou une application de la faune ou de la flore peut faire l’affaire. Il faut juste de la patience, écouter, savoir regarder et prendre le temps de le faire. Cela demande du temps à acquérir et cette capacité n’est innée pour personne. La nature c’est aussi sentir, goûter et toucher mais pas n’importe quoi non plus ! C’est peut être un des rares lieux de savoir qui peut mettre en éveil les cinq sens. Plus on est jeune, mieux c’est, cela permet de se poser beaucoup plus de questions et d’éveiller la curiosité mais les anciens y trouvent toujours un certain goût puisque c’est peut être le seul endroit où il est impossible de tout savoir ou de tout comprendre.
Alors, une fois que l’on est prêt à aborder ce lieu de savoir, il suffit de trouver un endroit dans lequel on va aller puiser ce savoir. L’idéal c’est de le trouver près de chez soi pour pouvoir y retourner le plus souvent possible. Dans la nature, on n’apprend pas tout en une seule fois mais en plusieurs fois il est possible d’apprendre correctement quelque chose. On se rend compte assez vite de ce qui nous intéresse. La nature c’est comme un livre, au début, on la voit dans son intégralité comme on voit le sommaire d’un livre, puis on en choisi une partie. Je vais prendre mon exemple pour illustrer la suite. Pour ma part, je me suis intéressé depuis mon plus jeune âge aux animaux, non pas que je trouve les plantes particulièrement ennuyeuses, mais les animaux offrent un spectacle plus mobile et instantané. J’ai commencé d’abord à m’intéresser aux animaux sédentaires, car il est plus facile de commencer un apprentissage sur les animaux avec ces espèces qui ne migrent pas. Dès ces premiers moment d’apprentissage, l’observation sur le terrain doit être complétée par des sources d’informations extérieurs, pour connaître la description et le nom de l’espèce observé. En suivant un animal ou des animaux durant une période de temps assez longue, ces animaux nous deviennent presque aussi familier qu’un animal de compagnie. Il y a certains animaux dont je connais les habitudes à force de les avoir observé mais ils garderont toujours une part de mystère aussi, des choses qu’ils font qui me dépassent et que je n’arriverai probablement jamais à expliquer. La nature c’est ça aussi, beaucoup d’interrogations mais qui permettent de faire une expérience.
Après quelques années d’expérience, pendant lesquelles j’ai été aidé par de nombreuses personnes amatrices ou professionnelles, mais aussi par les nombreux animaux que j’ai chez moi (ceux qui peuvent être sauvages ou domestiques évidemment), je me suis de plus en plus intéressé aux animaux migrateurs. C’est d’ailleurs pour cela que ma première intention était d’écrire sur les personnes qui ont fait leur métier à l’ISNEA de l’étude des animaux migrateurs. .La carte ci-dessous retrace le trajet d’un courlis corlieu nommé « Angèle », capturé en baie de Canche et équipé d’un balise GPS par l’ISNEA le 17 juillet 2019.

Trajet de la migration prénuptiale et post-nuptiale de « Angèle »
Crédits: ISNEA, CC-BY-NC

Pour information, cette expérience a permis de constater que le trajet Guinée-Pays-Bas s’est fait en 64 heures continues à une altitude maximale de 3 380 mètres et une vitesse maximale de 101 km/h. Dans le nord de la France, les animaux migrateurs sont surtout des oiseaux ou bien des poissons, les mammifères migrateurs ayant presque disparu d’Europe et n’étant plus présents en France qu’en captivité. Peu importe, les oiseaux migrateurs sont d’une diversité incroyable et leurs apparitions éphémères renforcent les mystères qui les entoure. Le temps pour apprendre d’eux est compté et parfois très réduit à tel point qu’il peut se compter en secondes dans une année. Quoi qu’il en soit, il est toujours possible d’en tirer quelque chose. L’observation de la nature nous apprend à nous contenter de peu de choses pour accéder à des savoirs. C’est peut être ce qui m’a aussi poussé à étudier l’histoire. A de nombreux égards, l’étude de la nature et de l’histoire se ressemblent surtout dans la façon dont elles s’appuient sur une volonté d’un savoir totalisant tout en permettant l’expérience individuelle. Le plus grand intérêt personnel que je trouve dans l’étude de ces deux disciplines, c’est la part de mystère qui les entoure toujours. Rien n’est jamais sûr et l’on ne peut que tenter de se rapprocher d’une réalité qui ne sera jamais totalement exacte. La nature et l’histoire sont ces lieux où l’on apprend à ne pas tout savoir.

Comment citer ce billet : Maxence Belval, "La nature," ApprentHiST, 14/05/2020. En ligne : https://ahl.hypotheses.org/942.

Maxence Belval

M1 métier de l'historien, passionné de l'histoire militaire de la France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search