Les parcs animaliers d’hier et d’aujourd’hui : la volière de Philippe le Hardi et le parc “Argonne découverte”

Par Julien Plansson, M1 Métier d’historien

Nous aimons tous un animal en particulier. Et d’autres comme moi, ont une passion pour tous les animaux. Petit, déjà, je m’émerveillais devant les animaux exotiques du zoo d’Amnéville, et les animaux de nos forêts, que ce soit dans lesdites forêts de mes Ardennes natales, ou les parcs animaliers. Les hasards de la vie ont fait que nous avons constitué une vraie petite ménagerie à la maison, avec des chiens, des chats, des lapins… des animaux certes très communs. Mais également des animaux un peu plus rares comme des perruches, des faisans, et très récemment un pogona. Cette passion familiale pour les animaux m’a par ailleurs touché dans ma formation d’historien médiéviste, car j’ai décidé de travailler sur un espace similaire, celui de la ménagerie de Philippe le Hardi.

C’est pourquoi j’ai choisi de travailler sur le parc animalier, qui pour moi, n’est pas juste un lieu de savoir sur la zoologie, d’éthologie ou des sciences naturelles en général, mais bien un lieu de fabrique des savoirs sur et pour l’histoire. La ménagerie que le duc de Bourgogne avait à Hesdin sera l’objet de mon étude, et j’ai voulu me concentrer sur le premier acteur de cet espace, à savoir les animaux. Je suis donc allé voir des animaux vivants, pour comprendre ce lieu du passé. En observant les animaux, on peut essayer de se mettre à côté d’eux pour « adopter leur point de vue géographique, comprendre ce qu’ils vivent, subissent, comment ils agissent, réagissent ; c’est aussi essayer de se projeter en eux pour déceler leur point de vue psychologique, ce qu’ils voient et ressentent ».1

Le parc contemporain que j’ai choisi est celui d’« Argonne découverte », qui est un parc animalier situé dans les Ardennes, au sud de Vouziers. Ce parc a ouvert ses portes pour la première fois en juin 2005, sous le nom de Nocturnia. Ce nom n’a pas était choisis au hasard, car ce parc a d’abord été axée sur le monde des animaux nocturnes, une trentaine au total, regroupé dans un espace de 600 m2. Mais on retrouve une grande collection de loups, de ratons-laveurs et d’oiseaux divers et variés, tout comme l’était la ménagerie du duc.

Figure 1: Plan du parc Argonne Découverte (Ardennes) et reconstitution du plan du parc d’Hesdin (Pas-de-Calais).
Crédit : Parc Argonne Découverte et François Duceppe-Lamarre.

Il m’a donc semblé intéressant d’aborder ces lieux de savoir, afin de comparer cet espace où des animaux sont maintenus en captivité, avec celui de l’époque médiévale, afin d’analyser des différences, des héritages, etc… et de trouver certaines réponses que nos sources médiévales laissent muettes, car Robert Delort conseille d’aborder les animaux que nous pouvons observer de nos jours pour comprendre les animaux du passés.2

La première chose qui m’a surpris en visitant le parc a été le “Vallon des Oiseaux”, qui a une organisation totalement différence de la grande volière du château d’Hesdin et que l’on nomme la Gayolle. Au lieu de vivre tous ensemble dans une grande cage de fer, 3 les oiseaux du parc d’Argonne sont séparé par espèce, et dans de vastes volières ayant chacune un enclot de bois disposant de larges fenêtres pour le public, et l’intérieur de la cage est surmonté par un filet de volière. Dans les deux cas, la cage permet de protéger les oiseaux sauvages, et empêche aussi leur fuite. De plus, le filet présente beaucoup plus d’avantages que le fer. En effet, le filet est résistant aux intempéries, ce qui garantit sa longévité. De plus, il est légers, faciles à poser, peu chère, et n’impose aucune contrainte à la Nature et à l’animal. Ce qui en fait un outil idéals pour couvrir une volière. Cependant, au Moyen-âge, les perroquets était conservé à l’intérieur des résidences du duc, c’était des animaux rares et prestigieux, qui vivait dans les cages richement garnies :

« Pour cloux grans et petiz pour faire une cage pour mettre le papegaul [de] Madame, 2 s. 1 d.; pour une piece de fer blanc achetée pour ladite cage, 15 d.; pour une petite aisnde noier pour ladite cage, 15 d-.; pour 2 1. de gros archaul blanc achetées à Beaune pour ladite cage, 13 s. 4d.4 » 

Les espèces de perroquets sont également très différentes entre celles de la ménagerie de Philippe le Hardi et ceux du parc d’Argonne. Selon A. Payne, le perroquet le plus commun dans les cours d’Europe provenait majoritairement de la région de l’Inde, et il possède généralement un plumage vert, et quelquefois, on retrouve sur son cou une teinte rouge (Voir l’image de couverture).5 Pour K. Walker-Meikle, il s’agit également d’un perroquet vert6 : le Psittacula krameri – ou perruche à collier.7 Tandis que pour le parc d’Argonne, les perroquets sont des Aras, qui nous viennent d’Amérique du Sud, une région encore inconnu au Moyen-âge.

Figure 2: Les Aras du parc d’Argonne. Crédit : Parc Argonne Découverte
 

C’est aussi un espace très instructif en ce qui concerne l’entretien des animaux. Le parc possède un forfait où l’on peut accompagner les soigneurs du parc, un moment très instructif, car on peut observer et comparer les différents régimes alimentaires entre l’époque contemporaine et l’époque médiévale.8 Nous pouvons ainsi avoir une approche directe avec l’animal, ce qui nous permet de voir s’il est plus ou moins sociable avec l’Homme. Parmi les animaux que nous côtoyons durant cette matinée, on retrouve des chauves-souris, des genettes, les loups, les ratons laveurs, les vautours et les perroquets. C’est également un échange très riche avec les soigneurs du parc, qui sont un peu les « gardes » et les « valets » des animaux, comme au temps du duc de Bourgogne. Ils côtoient les animaux depuis très longtemps, ce qui a été l’occasion d’échanges très riches. Notamment autour de la formation de ce personnel, car nos sources médiévales restent muettes quant au savoir des gardes animalier. Certes, les animaliers de nos jours ont reçu une formation, mais il s’agit d’un métier où il faut constamment s’adapter à l’animal, qui comme nous, est différents d’un individu à l’autre, ils ont leur caractère, leur histoire. Et c’est également grâce à ce forfait que ce savoir animalier se transmet d’un professionnel à une personne lambda. Et c’est ce type de transmission de savoir par la voie orale que je privilégie dans mes hypothèses. Transmission orale, mais aussi visuel, car les soigneurs rentrent également en contact physique avec l’animal, il faut encore une fois adapter une posture adéquate en fonction des espèces, certaines se laissent approcher plus facilement que d’autres.

Le parc animalier d’hier communique avec le parc animalier d’aujourd’hui, ce sont tous les deux des lieux de savoir qui se complète. En effet, il m’a été constructif d’analyser le travail des soigneurs, ainsi que le comportement des animaux pour mon mémoire. Les animaux sont identiques entre ces deux espaces, et donc leur comportement aussi. En effet, cette méthode permet de jeter un nouveau regard sur nos sources, de développer de nouvelles hypothèses. Et surtout, de ne pas considérer l’animal comme un objet, ou un symbole, mais bel et bien comme un individu.

Comment citer ce billet : Julien Plansson, "Les parcs animaliers d’hier et d’aujourd’hui : la volière de Philippe le Hardi et le parc “Argonne découverte”," ApprentHiST, 15/05/2020. En ligne : https://ahl.hypotheses.org/921.
  1. É. Baratay, « Une girafe à la ville (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue », Revue d’histoire du XIXe siècle, 54 | 2017, 47-62. En ligne: https://www.cairn.info/revue-d-histoire-du-dix-neuvieme-siecle-2017-1-page-47.htm []
  2. R. Delort, Les animaux ont une histoire, Seuil, 1984. []
  3. F. Duceppe-Lamarre, « Le parc du château d’Hesdin », Histoire d’Hesdin, 2013. p. 4 []
  4. ADCO B 3162 f° 26 []
  5. A.Payne, Medieval beasts, New York, New Amsterdam books, 1990, p. 65. []
  6. On peut également consulter la traduction du « Livre du Trésor » de Brunet Latin, qui nous livre une vision du point de vue médiéval sur le perroquet : https://bestiaire.hypotheses.org/perroquet []
  7. K.Walker-Meikle, Medieval pets, p. 15. []
  8. Vous pouvez trouver les détails de ce forfait sur le site web du parc : https://www.parc-argonne-decouverte.fr/animalier-dun-jour.html []

Julien Plansson

Étudiant en M1 Métier d'historien à l'Université de Lille. Je travaille sur le monde animal au Moyen-âge, et notamment les ménageries des ducs de Bourgogne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search