La machine à café

Par Anaëlle Boulzennec Ringeard, M1 Métier d’Historien

La machine à café, ce lieu dépassant le simple cadre de la sociabilité et du besoin premier que satisfait ce même lieu, c’est-à-dire l’achat d’une boisson chaude : peut-on définir ce lieu particulier comme un lieu de savoir

De même, il est légitime de s’interroger sur la raison de ce choix, qui de toute évidence, est personnel. Il convient avant tout de définir de manière plus précise la machine dont il est question. En effet, toutes les machines à café ne se valent pas, que ce soit par les assortiments proposés, qui peut changer d’un fournisseur à un autre, ou que ce soit l’espace dans laquelle elle s’insère : est-ce un couloir ? Est-il étroit ? large ? Est-ce dans une entrée ? Dans une salle close ? L’entrée est-elle contrôlée ? Il ne suffit pas non plus que la machine soit au croisement de couloirs spacieux et propices à une pause-café, il semble nécessaire qu’elle s’inscrive dans un espace proche d’une source de travail, car cette machine symbolise physiquement et dans l’imaginaire collectif une pause dans son lieu de travail. De par ces éléments, il semble évident qu’une machine à café professionnelle ne se trouve pas dans le salon d’un individu mais bien dans un espace public. Ici, j’évoque celle de l’université de Lille, Campus Pont de Bois. Mais là encore, il est nécessaire de délimiter la machine en question car chaque bâtiment à une configuration différente et à potentiellement un public tout aussi différent. En établissant clairement la position géographique de la machine à café que je souhaite développer plus en détail, il me faudra délimiter le groupe de personnes s’y rendant et avec lesquelles je communique autour d’un café ou d’un thé (chaud ? – pour filer l’idée de la restauration chaude – idée de réconfort ?).

Mais de quelle machine à café est-ce que je parle ? Étudiante en Master histoire et effectuant des recherches pour mon mémoire, je privilégie la bibliothèque des chercheurs.euses de Georges Lefebvre, en A1.217, à l’université de Lille, campus Pont de Bois, bâtiment A.

J’y retrouve des individus qui y viennent de manière régulière et avec qui j’ai tissé des liens. Mais plus que ça, ils m’ont permis d’élargir mon champ de connaissances. Située dans un couloir tout proche de cette bibliothèque, elle aussi au rez-de-chaussée du bâtiment A, et est juste en face d’un espace de co-working. Cette machine à café s’emboite donc dans un espace profondément universitaire car elle se trouve dans un bâtiment de l’université de Lille, sur le campus Pont de Bois. De plus, elle sert des individus évoluant dans ce même espace et qui sont souvent des étudiants.es, des professeur·es, du personnel administratif ou d’entretien. Mais elle se révèle, selon moi, être un lieu dans lequel les conversations ne se limitent pas au small talk, aux petites banalités, mais un lieu qui peut devenir un espace d’échanges de connaissances. 

Plan précis du lieu où se trouve 
la machine à café: au niveau 1, le bâtiment A de l’Université de Lille, Campus Pont-de-Bois, Villeneuve-d’Ascq
Crédits : Anaëlle Boulzennec Ringeard
Plan général du lieu où se trouve 
la machine à café : au niveau 1, le bâtiment A de l’Université de Lille, Campus Pont-de-Bois, Villeneuve-d’Ascq
Crédits : Anaëlle Boulzennec Ringeard

Ce lieu de savoir est oral, un lieu où la conversation se développe, et est de facto éphmère puisque ces dernières ne sont pas enregistrées sur papiers ou un dictaphone. Ces échanges entre chercheurs.euses et ‘apprenti’ (je n’ai pas encore la prétention de me reconnaître en tant que chercheuse) qui étudient dans la bibliothèque Georges Lefebvre, dépassent les préoccupations personnelles, informelles. Nous nous retrouvons dans cette petite bibliothèque car il est très agréable d’y travailler pendant de longues heures notamment grâce à son atmosphère calme qui nous permet de rester concentré plus longtemps. Mais il nous faut bien prendre des pauses afin de mieux continuer nos recherches et c’est dans cette optique que s’insère la machine à café. Grâce à cette dernière, mes conversations se dirigent certes vers mes propres recherches, mais également vers celles de mon interlocuteur.trice et un partage de connaissances et de références en résultent souvent. Ainsi, j’ai pu avoir connaissance d’articles, de livres, ou bien même de conseils méthodologiques que je ne possédais pas jusque-là. Il semble bien que la machine à café, tout comme les carnets de thèses numériques, s’inscrive parmi les « lieux habités » car elle est témoin de ces conversations instructives1. Cependant, ces lieux, ici la machine à café, vivent par les visites et les achats de boissons effectués, et ils deviennent des lieux de savoirs si les interlocuteurs le décident.

La parole se libère, surtout au niveau sonore (il n’est pas aisé de communiquer dans la bibliothèque car le silence et le calme sont de mises). Comme le souligne Christian Jacob dans son introduction à Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, il semble bien que la machine à café s’inscrive aussi dans « l’étape (provisoire) d’une série de déplacements et de décisions, à la fois personnels et intellectuels »2. De même, lorsqu’il ajoute :

[Qu’]un lieu de savoir est à la fois un lieu de construction, de matérialisation, d’objectivation, d’inscription et de circulation sociale. Il est indissociable d’une approche dynamique et génétique des savoirs, situés dans un cadre spatial et social. En passant d’un lieu à l’autre, les savoirs se construisent, se transforment, se scindent ou s’agrègent, changent de statut et de portée, vivent ou s’éteignent, circulent dans le temps et dans l’espace, à travers les sociétés humaines »3

Il faut donc prendre en compte plus que la machine à café en elle-même, mais bien le chemin depuis les portes de la bibliothèque Georges Lefebvre jusqu’à la machine, puis le retour. Ce couloir devient donc l’extension indissociable de l’espace de savoir dans lequel s’inscrit la machine à café. En général, les échanges de connaissances que j’ai pu avoir ne commencent ni ne se terminent dans l’espace dans lequel évolue la machine en elle-même.

Mais en définitive, pourquoi est-ce que je m’y rends lorsqu’il m’arrive très souvent de ramener sur mon lieu de travail une thermos de café que j’ai moi-même remplie dans ma cuisine ? Cette machine à café représente un besoin pour moi de faire une pause, déambuler rapidement dans les couloirs si je suis pressée d’y arriver ou au contraire de repartir tout aussi promptement vers mon bureau de travail (tout comme la machine à café, j’ai tendance à choisir le même emplacement pour travailler). C’est aussi un moment propice pour recevoir des conseils, s’échanger des méthodes de travail. Même si la machine à café n’est au final qu’une étape, somme toute devenue indispensable pour mes amis.es et moi dans nos échanges de savoirs, elle en demeure une partie intégrante de ce processus. La machine à café ne se limite donc pas aux simples conversations, et peut devenir un lieu de savoir si on le décide.

Comment citer ce billet : Anaëlle Boulzennec Ringeard, "La machine à café," ApprentHiST, 12/05/2020. En ligne : https://ahl.hypotheses.org/791.
  1. Faury Mélodie, « Carnets de thèse et écriture de soi dans la recherche », Revue de la BNF, 2019/1, n°58, p. 76 []
  2. Jacob Christian, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, p. 12 []
  3. Jacob Christian, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, p. 15. []

Anaëlle Boulzennec Ringeard

Etudiante en M1 Métier d'historien à l'Université de Lille. Travaille sur le rapport entre la ville de Coventry et la royauté anglaise au XVe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search