Un lieu de savoir numismatique : ma collection personnelle

Par Charles Leconte, M1 Métier d’Historien

La collection est un passe-temps temps tout à fait courant. Que l’on collectionne les timbres, les vieux fers à repasser, les dés à coudre ou les monnaies, leur attrait fait que nous achetons ces petits objets qui nous attirent, nous les amassons, trions, décrivons et les rangeons soigneusement.

La collection ne se limite cependant pas toujours à cela. La collection, en l’occurence ici celle des pièces de monnaies, peut aller plus loin. Au delà du simple fait d’amasser des objets qui sont autant de témoignages d’un temps révolu, le numismate, par le biais de sa collection, peut produire un savoir.

De grandes institutions conservent ou exposent des monnaies. Ces collections dites « nationales » peuvent être exposées dans des musées ou conservées au sein d’archives. Ainsi, la Bibliothèque nationale de France conserve près de 520 000 monnaies et objets monétiformes. Universitaires et chercheurs peuvent ainsi les consulter comme autant d’archives mises à disposition. Certaines d’entre elles sont ainsi disponibles tant dans la salle de lecture du cabinet des médailles sur le site Richelieu à Paris qu’en ligne sur Gallica1.

Si ces lieux sont connus et reconnus comme des lieux de production de savoirs car associés au patrimoine, mais qu’en est-il du collectionneur et de sa collection privée ? D’une importance peut-être moindre, dans un espace non reconnu comme « universitaire », le médailler ou l’écrin du collectionneur contient pour autant, en quelque sorte, les mêmes témoignages que dans ces institutions. Or, la numismatique n’est-elle pas l’étude de la monnaie pour ce qu’elle est en sa qualité d’objet au delà de son lieu de conservation ?

Le fait de collectionner ne se résumerait donc pas, comme on peut le lire au sein d’un dictionnaire Larousse au simple rassemblement d’objets classés sur une thématique donnée2. D’ailleurs, si l’on parle des collections nationales, la possession de monnaie au sein des institutions va bien au delà de la simple possession. Derrière la collection – nationale ou privée – se cache donc souvent des savoirs accumulés, cherchés ou produits par des collectionneurs ou des universitaires afin de connaître et comprendre au mieux tout ces petits témoignages.

Le collectionneur cherche de nouveaux millésimes, de nouveaux ateliers monétaires, de nouvelles variantes sur ses monnaies et des explications sur tous les changements monétaires qui ont pu avoir lieu au fil du temps. Ces recherches, loin de se faire uniquement par le biais de ses pièces, peuvent également se faire en se basant sur des « archives papiers » et autres ouvrages. En tant que numismate je cherche bien évidemment des monnaies mais également des informations sur les monnaies que je collectionne. Lorsque je trouve, un jour par hasard une petite feuille issue du résultat d’une enquête monétaire datée de 1877, je n’ai pas hésité un seul instant à l’acheter. Anecdotique morceau de papier, ce type de documentation peut cependant se retrouver au sein des archives que je consulte dans le cadre de mon mémoire sur la circulation monétaire dans le Nord à la veille de la Première Guerre mondiale.

Lorsque l’on s’attarde sur l’ouvrage Le Franc VIII, les Monnaies,3 de nombreuses notes de bas de pages mentionnent, pour les monnaies dont peu d’exemplaires sont connus, le nom des collectionneurs qui les possèdent. Pour ceux qui font partis de mes contacts, presque aucun n’est universitaire mais il s’agit surtout de collectionneurs qui, au fil des années, sont parvenus à acquérir ces monnaies rares. Dans ce cas de figure, le seul moyen de connaître l’existence d’une monnaie (au delà des archives qui demeurent quasiment inexploitées) est donc d’avoir un collectionneur qui la possède et qui informe les autres collectionneurs et les institutions quant à l’existence de cette monnaie. Il apparaît alors que ces savoirs ne circulent donc pas uniquement entre les collectionneurs sous formes d’anecdotes mais entre les collectionneurs et les universitaires afin d’apporter de réelles nouvelles connaissances.

Après ces quelques généralités, qu’en est-il de mon rapport à ma collection pour la production de savoirs ? Comportant environ 1300 monnaies pour une période allant de Louis XIII à la fin du franc, cette collection fut débutée il y a une dizaine d’années, vers 2010. Après mon départ de ma Normandie natale vers Lille pour mes études, cette collection m’a suivie et s’est enrichie au fil des mois et des années. Aucune monnaie unique ne s’y trouve mais je possède quelques exemplaires peu courants. Ces monnaies ne sont pas uniquement transférées de leur ancien propriétaire vers mon écrin. Au cours du processus d’acquisition, elles sont analysées afin de voir si une anomalie, variante ou faute de frappe s’est glissée sur cette monnaie. Une bibliothèque comportant des ouvrages sur la numismatique s’est évidemment constituée en parallèle de la collection afin d’appréhender au mieux tous les aspects des monnaies de ma collection. C’est une collection qui prend peu de place : le tout tient dans deux petits meubles d’un mètre de haut chacun tout au plus (Voir figure 1).

Figure 1: La collection est rangée dans un tout petit meuble.
Crédits: Charles Leconte, CC-BY-NC 4.0.

Sur cette photographie, on peut observer une majorité des éléments que le numismate utilise. L’on peut ainsi y voir une partie de la bibliothèque que j’ai constituée et une part de ma collection, mais également les instruments que j’utilise pour étudier les monnaies. Sur la partie supérieure du meuble apparaît la balance et la loupe pour les relevés basiques tel que le poids des monnaies mais également une loupe numérique grossissante afin d’étudier au mieux les détails et prendre des photos de ces détails et des pièces. Le matériel nécéssaire afin de conserver les monnaies apparaît également, telles que les capsules hermétiques ou les pochettes cartonnées dans lesquelles les monnaies sont placées avant d’être rangées dans les écrins. Ce meuble dont la composition est, en somme, similaire chez beaucoup de collectionneurs permet alors pour ma part de ranger les monnaies mais également de les étudier pour le plaisir ou pour des démarches plus scientifiques dans le cadre de mes études.

La dimension de témoignage des monnaies est importante, pour moi. Si certains n’y voient que des disques en métal, certaines pièces sont bien plus. Pour exemple, lorsque j’ai trouvé il y a quelques semaines un écu au bandeau4 frappée en 1764 à Bayonne muni d’un petit certificat attestant que cette monnaie provient du trésor de Morlans-sur-Berne5, cette monnaie a pris une toute autre dimension. Celle ci fut, de facto, cachée délibérément par son propriétaire et retrouvée plusieurs siècles plus tard. Plus qu’un disque de métal, il s’agit ici du témoignage des pratiques financières peut-être dues à un contexte économique, politique ou social particulier puisque certaines monnaies sont restées thésaurisées pendant près de 100 ans.6

Au delà de savoirs inédits qui peuvent être produits, le fait de collectionner comporte également un facteur social non négligeable. De nombreux blogs de numismates existent et permettent de mettre en ligne les trouvailles mais également de demander conseils et informations à cette petite communauté de collectionneurs. Les collectionneurs sont souvent animés par le désir de conserver un patrimoine historique, parfois hors du champ économique dans lequel on tend à associer la monnaie mais simplement pour l’objet qui est un morceau d’histoire tenant dans une main.

Ainsi, si la collection de monnaies apparaît surtout comme une accumulation d’objets, mais sa signification historique s’étend bien au delà. En ce qui me concerne, elle se couple à mes études et ma passion tend à devenir ma profession. Cela permet d’allier recherches universitaires et recherches personnelles sur un sujet qui semble inépuisable. Par le biais de ces témoignages, le collectionneur tente souvent de replacer ses monnaies et sa collection dans son contexte économique, politique, social et financier. Il participe par le biais de sa collection à une production de savoir, certes parfois hors du cadre universitaire, mais qui permet de répondre à des questions qui étaient alors sans réponse.

Comment citer ce billet : Charles Leconte, "Un lieu de savoir numismatique : ma collection personnelle," ApprentHiST, 10/05/2020. En ligne : https://ahl.hypotheses.org/785.
  1. Disponible sur :https://gallica.bnf.fr/html/und/objets/monnaies?mode=desktop []
  2. « Collection ». dans L’Encyclopédie Larousse en ligne. Consulté le 21 mars 2020 sur https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/collection/17174 []
  3. PRIEUR Michel et al, Le Franc VIIII, les Monnaies, Paris, les Chevau-Légers, 2009 []
  4. Une monnaie frappée durant le règne de Louis XV []
  5. 17,58,fiche_tresor.html []
  6. Le terminus post quem de ce trésor est en 1817 quand la monnaie la plus ancienne fut frappée en 1726. Il se compose au total de 64 monnaies de Louis XV à Louis XVIII. Le trésor fut quand à lui redécouvert en 2016. []

Charles Leconte

Étudiant en master recherche au sein de l'Université de Lille.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.