Sort-on d’un musée moins bête qu’on y est entré ?

Par Pauline Triplet, M1 Métier d’Historien

Nota: L’autrice prend ici la liberté de détourner l’usage du format de citation pour insérer des commentaires dans son texte.

 

Façade du Palais des Beaux-Arts de Lille, place de la République. Crédits: Velvet CC BY-SA 3.0

Dans la salle des Écoles du Nord, XVIe siècle.
Palais des Beaux-Arts de Lille

Lors d’une sortie au collège, je m’étais rendue avec ma classe au Palais des Beaux-Arts de Lille. Comme mes camarades d’alors, je considérais le musée comme ennuyeux.

Aujourd’hui lors des visites que j’anime, je maudis ces collégiens/lycéens, qui soufflent en arrivant dans ce lieu qui est désormais devenu mon travail.

Je ne me rappelle de rien de cette visite, à l’exception de la rencontre avec un homme : Pieter Bruegel (le père ou le fils, à l’époque je ne savais même pas qu’il y en avait plusieurs). Une rencontre avec Le dénombrement de Bethléem.

Le dénombrement de Bethléem, Pierre Bruegel Le Jeune, v. 1605 – 1610. Crédits: Bonnefanten Museum, CC-Zero.

Jeune adulte, installée à Lille, pour mes études, et visiter ce même musée et cette même œuvre sont devenus plus fréquents. Mais désormais, ce n’est plus ce seul tableau qui attire mon œil mais cette salle dans son ensemble. Au-delà des œuvres qu’elle renferme, cette salle provoque chez moi un sentiment très particulier, entre fascination et réticence.
Cette salle, dédiée aux artistes des Écoles du Nord du XVIe siècle, compose l’entrée du parcours de visite du premier étage du musée. Une salle à l’identité visuelle extrêmement marquée : murs rouges, une scénographie unique au sein du musée – des parois rouges occupant le centre de l’espace, l’œil ne trouve aucune possibilité de fuite. Cette salle n’est pas un espace agréable, abritant une ambiance anxiogène renforcée par un ensemble de portrait de bourgeois flamands qui vous fixent au cours des déambulations. Cette pièce ne constitue d’ailleurs pas un espace de visite que j’apprécie arpenter – préférant largement les salles antiques et médiévales du sous-sol ou les galeries XIXe-XXe siècles. En soi-même, cette salle apporte peu d’éléments sur les œuvres qui y sont conservés, les cartels n’amenant que peu d’informations.
Ce choix qui résulte concrètement du développement d’un dispositif annexe, les « gigapixels », qui proposent une immersion virtuelle dans une série d’œuvres « importantes » du musée lillois. Une imagerie virtuelle qui se consulte en ligne ou dans l’atrium du musée où l’accès visuels aux œuvres est impossible …

Je formule cette critique en précisant que je suis la première à me perdre dans ces instruments avant de quitter le musée pour y noter les détails insolites. Par exemple : Savez-vous que les enfants qui jouent sur la glace au premier plan sur la droite sont installés sur des ossements de crâne de chevaux ! Ainsi, vous sortirez de ce billet avec une petite information …

De la salle que nous évoquant aujourd’hui, ce dispositif permet uniquement de s’immerger dans l’œuvre préalablement citée. Ainsi, pour que le visiteur puisse accéder comprendre une œuvre – et donc accéder à un savoir – il est nécessaire de quitter cette salle. Il est ainsi évident que la salle en question n’a pas été conçue comme un lieu de savoir, mais comme un lieu d’élévation, d’accessibilité ou de démocratisation tel que l’avait construit André Malraux. Une notion renvoyant aux missions des musées dès la seconde moitié du XVIIIe siècle : « l’initiation des visiteurs à la haute culture, jusque-là réservée au privilège ou à la richesse (…), aux mêmes conditions que celles dont jouissaient leurs propriétaires ou détenteurs légitimés par la tradition ».
Mais alors, pourquoi le musée conserve-t-il une réputation de temple de la connaissance ? Une forme de mythification, voire de mission glorificatrice du musée. La salle d’exposition en elle-même n’apporte pas de connaissance profonde, c’est la manière donc celui qui visite interprète le lieu. Pour bien comprendre cela, il nous suffit de quitter Lille pour nous laisser embarquer dans quelques « prestigieux parisiens » pour y voir des foules se presser devant des tableaux, les prendre en photo et se prendre en photos. Évidemment, la salle dont il est ici question ne connaît rien de comparable, mais cette situation nous permet de comprendre un fait simple : chaque visite de musée est unique, et elle est construite par celui ou celle qui la pratique. Ma visite au musée ne ressemblera pas à la vôtre. Un ensemble de critères jouent à modifier cette perception du lieu vécu : l’âge, le genre, l’heure et la date de la visite, expérience des musées (ou de ce musée en particulier) si l’on écoute de la musique, un audioguide, si l’on choisit de dessiner les œuvres vues, … un ensemble de facteurs qui modifient la perception du lieu, et son impact sur un savoir personnel.

Le musée devient un lieu de savoir si on le choisit. L’appellation « lieu de savoir » ne doit pas se limiter à la constitution d’un espace physique mais plus vraisemblablement à un milieu qui nous entraîne à constituer notre petite valise de connaissance, une sorte de tapis d’éveil pour adulte en quête de savoir. La salle de musée peut être une source de savoir si on décide de la percevoir et de la vivre en tant que telle. Pour moi, cette salle représente un véritable lieu de savoir pour la simple raison que c’est sa découverte qui m’a amené à me pencher sur cette Flandre de la fin du Moyen Âge, sur Bruegel, Bosch, et qui reste un fait marquant dans ma relation avec le musée.

Comment citer ce billet : ptriplet, "Sort-on d’un musée moins bête qu’on y est entré ?," ApprentHiST, 17/05/2020. En ligne : https://ahl.hypotheses.org/722.

ptriplet

Etudiante en master d'histoire à l'université de Lille, je travaille sur l'hôpital d'Hesdin au XIVe siècle. Je suis aussi médiatrice culturelle dans plusieurs musées de la région.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search