Numériser et indexer 50 000 dossiers de mineurs de la Compagnie des mines de Béthune (ANMT, 2013 024).

Joseph Suel, diplômé du Master lillois d’archivistique (promotion 2015), a participé à la campagne de numérisation et d’indexation des fiches individuelles de mineurs conservées par les ANMT.

Il nous livre ici le témoignage de cette expérience. Ses remarques complètent et prolongent celles proposées dans les billets précédents, consacrés aux mineurs de Lens.


Entre février et août 2018, dans le cadre d’un marché de traitement et de numérisation remporté par mon employeur de l’époque, la société CADN (Centre des Archives du Nord), j’ai eu à effectuer une mission de traitement de 50 000 dossiers de mineurs de la compagnie des mines de Béthune conservés par les ANMT. Ce billet est l’occasion de témoigner de mon quotidien d’archiviste de terrain et ce que j’ai pu en retirer.

Mettre à disposition l’information conservée au chercheur

Les dossiers de personnels concernent des individus nés avant 1900 témoignent de la nature changeante du statut du document d’archives au fil des trois âges. Le dossier est d’abord constitué dans un souci de gestion du personnel de la compagnie dans sa première phase, la phase courante. Lors de sa phase intermédiaire, il a servi de document de gestion utilisé pour les pensions de mineurs, ce qui explique qu’il ait été un temps conservé par l’ANGDM (Agence Nationale pour la Garantie des Droits des Mineurs). Aujourd’hui, entré dans la dernière phase, celle des Archives définitives et historiques, il a vocation à servir les généalogistes qui s’intéressent aux traces de leurs ancêtres, mais également les chercheurs en sciences sociales qui ont à disposition un corpus qui documente tant les hommes que leur environnement professionnel.

L’idée globale dans le cadre du marché remporté par CADN pour la partie traitement était donc de transformer les 712 Armics cotés au carton et d’établir une liste de chacun des dossiers en attribuant une cote par dossier. Les informations suivantes étaient relevées sur chacun des dossiers : Nom, Prénom, N° de matricule, Mentions médicales éventuelles. Enfin les dossiers étaient reconditionnés en boîtes Cauchard de dix centimètres.

Il s’agissait donc d’offrir une clé d’entrée individuelle par dossier pour permettre de les associer aux vues numérisées en prévision de leur mise en ligne. Les dossiers étaient ensuite numérisés par une collègue dans la même salle.

A la toute fin de la chaîne j’effectuais les vérifications entre la vue numérisée et mon fichier Excel d’indexation par le biais d’un masque de saisie me présentant les vues numérisées et mon travail d’indexation en parallèle. Ceci a permis de diminuer considérablement le taux d’erreur (car, vous vous en doutez, à raison de plusieurs centaines de dossiers par jour, les coquilles existent toujours…).


Quelques enseignements de cette expérience, notamment au sujet des conditions de travail

Le première chose à noter, c’est la poussière. J’avais déjà fait du classement à grande échelle, mais c’est le fonds le plus poussiéreux auquel j’ai été confronté. Je me suis même vite fait la réflexion suivante : « C’est à croire que les dossiers de mineurs étaient conservés directement au fond de la mine ». Ça a donc été l’occasion d’être équipé de tous les Équipements de Protection Individuels que l’archiviste est en droit d’attendre dans ces conditions : port d’un masque FFP3 7 heures par jour (en avance sur mon temps de deux ans…), blouse, gants. Le port répété des charges lourdes m’a également fait demander une ceinture pour le dos pour prévenir toute blessure.

L’autre aspect notable est bien évidemment le caractère répétitif des journées. On effectue 7h par jour la même tâche, sans interruption, sans coup de téléphone, sans mail, sans réunion sauf exceptions, sans visites et dans un local dépourvu de fenêtres. Assez fréquemment l’image suivante me revenait à l’esprit : https://media.giphy.com/media/XCxcmEQWxDdc8qsd2R/giphy.gif

Face au caractère aliénant de la tache (n’ayons pas peur des mots), ma collègue et moi-même nous délections des informations portées sur les dossiers qui était parfois assez insolites : les motifs de départ de la compagnie des mines et les formules employées par l’agent administratif qui remplissait cette information dans le dossier.


Un florilège de motifs de départ insolites ou remarquables

Au cours de cette expérience j’ai relevé une petite trentaine de phrases sur l’ensemble du fonds. J’ai bien conscience de leur caractère peu pertinent et absolument pas représentatif (0,05% du total) ; elles expriment un point de vue dont on ne peut réellement vérifier la véracité. D’une part car je n’ai pas noté les cotes des dossiers dont elles sont extraites, mais également parce que ces informations relèvent parfois du simple ragot. On peut percevoir à travers les phrases recensées un jugement moral, politique ou personnel sans pouvoir affirmer qu’il s’agit là d’un jugement partagé par l’institution, d’autant que certaines informations sont totalement déconnectées de l’individu en tant qu’employé de la compagnie des mines, mais relèvent plus de la perception de celui-ci au sein de la communauté des mineurs.

Je me suis permis de les reclasser en 4 catégories (désolé, déformation professionnelle). Il y a tout d’abord les informations d’ordre politique :

  • « Soupçonné d’être aux jeunesses socialistes »
  • « Signalé tout particulièrement pendant la grève »
  • « Très médiocre, applique la formule « Faut pas s’en faire ». Syndicaliste avancé »
  • « Dispute au fond. Remercié. Petit anarchiste. Chante des chansons anarchistes dans les cabarets »
  • « Très mauvais sujet, ne plus reprendre. Râleur communiste »

Il y a ensuite un ensemble de motifs ayant trait au caractère et aux mœurs :

  • « Battu par sa femme, retourne dans son pays »
  • « S’est remis avec sa femme qui l’a quitté plusieurs fois. On se moque de lui dans les corons. Veut changer d’air, va à Calonne »
  • « Suit son frère. Renvoyé pour avoir frappé un camarade au fonds »
  • « Présence de sa femme insupportable dans les corons. Va à Lens »
  • « Ne vient plus. Est parti avec une amante en laissant sa femme et ses cinq enfants »
  • « Renvoyé pour vol d’une partie de la quête faite au profit de la veuve d’un tué »
  • « Renvoyé. Sa femme est décédée à l’hôpital de Béthune des suites d’une crise nerveuse. Il la maltraitait couramment »
  • « Sa femme fait du scandale dans les corons. Refuse de changer de maison. Ne sait pas où il va aller »

Les motifs de départ en lien avec les conditions de travail ne manquent pas :

  • « Tué dans les travaux du fonds »
  • « Ne s’habitue pas au fonds, il faut se lever trop tôt »
  • « A plus de 55 ans, ne veut plus travailler »
  • « Parce qu’il n’a pas de maison avec une cuisine »
  • « Quitte la mine à 58 ans »
  • « A trompé à l’embauchage : borgne »
  • « Fénéant (sic) ! Prend sa lampe et va dormir dans la salle des machines »

Enfin, une série de motifs qui témoignent d’une gestion des ressources humaines que l’on qualifiera de « décomplexée » :

  • « Bon débarras »
  • « Voyou »
  • « Peut être repris mais faire attendre »
  • « Ivrogne, Fénéant (sic), Médiocre »
  • « Ne vient plus, bon à rien »
  • « Absent. Suicidé »

Beaucoup d’informations relèvent de la vie privée et s’apparentent à ce qu’aujourd’hui le RGPD qualifie de données sensibles.


En définitive, cette expérience m’a apporté beaucoup plus que ce que je ne l’imaginais : elle m’a permis de découvrir la position de prestataire dans le traitement d’archives, elle m’a donné à voir les avantages et les inconvénients du secteur privé. Enfin, elle m’a donné la motivation nécessaire et les ressources pour préparer et obtenir un concours de la fonction publique.


Matthieu de Oliveira

MCF en Histoire contemporaine Université de Lille - Faculté des Humanités - Département d'Histoire Responsable du Master Archives Eternel Padawan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search