5- Quatre carrières longues

5e et dernier billet, centré sur le suivi longitudinal de quatre mineurs demeurés au service de la Société des mines de Lens tout au long de leur vie active, sur plus de trois décennies.

Un dernier point ou exemple d’utilisation de ces fiches est enfin expérimenté avec l’analyse de quelques-unes de ces carrières longues, et en l’occurrence les plus longues du corpus, celles qui s’écoulent sur plus de 35 ans au service d’une même entreprise. Alors que le relevé des dates extrêmes d’entrée et de sortie tendait à gommer les étapes d’un parcours professionnel apparemment exceptionnel, l’examen attentif des informations recueillies sur la fiche de situation permet d’en préciser les spécificités.

Les quatre « François » retenus sont donc les suivants :

  • François Louis Degore, né le 14 octobre 1869 [2006 1 5573]
  • François Dégardin, né le 12 mars 1899 [2006 1 5558]
  • François Gérard Dedourge, né le 12 janvier 1882 [2006 1 5502]
  • François Degorgue, né le 24 mars 1871 [2006 1 5587]

Observons tout d’abord qu’ils couvrent tout le spectre chronologique de la période étudiée, puisque le dernier nait 30 ans après le premier et que les quatre décennies sont représentées.

Il est dès lors possible de préciser l’âge auquel chacun de ces hommes est entré au service de la Société des mines de Lens et l’a quitté : pour les trois derniers, l’embauche s’est faite dès 13 ans, ce qui confirme bien l’entrée dans la vie active dès la fin de la scolarité obligatoire en milieu populaire. Seul le premier, le plus vieux des quatre, commence à travailler pour la Société à 21 ans, en 1890, sans que la fiche n’indique quel(s) emploi(s) il a exercé au préalable. A l’autre bout du spectre, ils cessent définitivement de travailler (pour la Société) entre 49 (F. Dégardin) et 61 ans (F. Degorgue), et les deux autres à 57 ans, ce qui atteste bien de l’amplitude de la vie active. Celle-ci s’étend – pour ce qu’on en voit ici – sur une durée de 36 à 48 ans et se termine le plus souvent par un départ à la retraite (Degore et Dedourge sont « pensionnés », Degorgue est « mis à la retraite »), seul Dégardin cessant précocement la mine parce qu’« invalide ». Sa fiche, dans sa partie relative aux éléments médicaux (portés au verso) indique en effet qu’il déclare une silicose en août 1946, mais n’obtient une rente de 75% qu’à la fin août 1948 (il a cessé son activité le 1er janvier précédent).

La santé des mineurs est un enjeu central pour la Société, même si elle semble ne prendre que tardivement des mesures fortes pour lutter contre les maladies professionnelles, silicose au premier chef. Les historiens se sont à leur tour saisi de la question et je renvoie par exemple aux travaux de Paul-André Rosental,

sans oublier l’article déjà cité de Raphaël Baumard, « La santé des mineurs à travers leurs dossiers individuels. Le cas de la Compagnie des mines de Lens (France) », Santé à la mine. Acteurs et système de soins, Lewarde, Centre Historique Minier, 2020, p. 74-80.


Ces longues périodes d’activité sont parfois interrompues par des événements extérieurs, et en particulier les conflits mondiaux : la Première Guerre mondiale suspend les travaux d’extraction de fosses se situant à proximité immédiate de la ligne de front. Les motifs portés sur les fiches sont à cet égard éloquents : « Guerre ; Invasion », même si les dates d’arrêt effectif de l’activité s’étendent d’août (1er août pour F. Degorgue ; 11 août pour F. G. Dedourge) à l’automne 1914 (septembre pour F. L. Degore, 4 octobre pour F. Dégardin). Mais si ces hommes cessent d’être employés de la Mine, c’est probablement pour être mobilisés, dès lors qu’ils sont adultes (en 1914, ils ont entre 15 et 45 ans). Le verso de la fiche donne déjà quelques indications : chacun des 4 François fait son service militaire avec sa classe ou presque (en 1890-91 pour Degore, en 1892-95 pour Degorgue, en 1902-03 pour Dedourge et en 1919-21 pour Dégardin), mais seuls Degore et Degorgue, les deux plus vieux, sont effectivement mobilisés au début du conflit, respectivement les 3 novembre et 1er août, et pour être bien vite démobilisés, en mars et janvier 1915, sans doute pour être versés dans les Territoriaux (ils ont alors 46 et 44 ans). Il est probable qu’une recherche complémentaire dans les fiches matricules permettrait-elle d’en savoir plus sur leur parcours militaire.

Une fois le conflit terminé, tous reprennent leur place dans l’effectif des Mines de Lens, plus ou moins rapidement cependant. C’est F. Degorgue qui revient le plus précocement, dès la mi-septembre 1919 (il a alors 48 ans), suivi de F. Dégardin en août 1921 (soit juste après son service militaire ; il a alors 22 ans), de F. L. Degore en août 1922 (à 53 ans) et enfin de F. G. Dedourge, fin septembre 1926 (à 44 ans).

L’effet du second conflit mondial est moins sensible, pour des raisons d’âge essentiellement, dès lors que 3 des mineurs étudiés ici quittent la vie active dans l’entre-deux-guerres, en 1926 (F. L. Degore), 1932 (F. Degorgue) et septembre 1939 (F. G. Dedourge). Seul F. Dégardin (le plus jeune) poursuit son activité au-delà, entre le 1er août 1945 et le 1er janvier 1948, en pleine « bataille du charbon »

F. Dégardin est également celui pour qui la partie « Mutations » est abondamment remplie, ce qui permet de le suivre de poste en poste, entre 1921 et le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale. A sept reprises entre début 1922 et le printemps 1937, il est ainsi déplacé d’une fosse l’autre (il en fait cinq au total dont deux à deux reprises), pour des durées de trois mois à près de neuf ans et demi.

Présenté comme « Spécialiste » à partir de 1935, il est possible qu’il soit ainsi dépêché de fosse en fosse pour y introduire de nouvelles méthodes de travail, plus rationnelles et productives. Enfin, le verso de la fiche atteste qu’il est bien actif pendant toute la période de l’Occupation, se voyant même « proposé pour la Médaille d’honneur du travail en 1943 ».


Matthieu de Oliveira

MCF en Histoire contemporaine Université de Lille - Faculté des Humanités - Département d'Histoire Responsable du Master Archives Eternel Padawan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search