4- La pluralité des mondes du travail de la mine

Ce 4e billet s’intéresse cette fois à un état des lieux des métiers exercés par les « mineurs » lensois et à une présentation de leurs carrières au service de la Société, de quelques jours à plusieurs décennies.


Mineur, un métier, des métiers

On l’a vu, la fiche prévoit que le métier soit indiqué. Ce qui implique que le « monde de la mine » est bien plus divers qu’il ne semble au premier abord et propose une multitude de métiers, ou de fonctions plus ou moins spécialisées et/ou qualifiées.

La terminologie professionnelle s’avérant peu normée, il est parfois nécessaire de recourir à des sites de passionnés pour préciser les fonctions de l’un ou l’autre de ces individus. J’ai pour ma part recouru à deux d’entre eux, accessibles ici et

Mettons d’ores et déjà de côté les 84 individus pour lesquels le métier n’est pas indiqué.

Les plus nombreux sont logiquement les « mineurs » (166), auxquels il convient d’ajouter 23 « aide-mineurs » : ce sont ceux qui descendent au fond et exploitent les veines de charbon ; ils représentent donc près des 2/3 du total. Ils ne disposent pas de qualification particulière et n’ont que leur force de travail à monnayer. Sans doute peut-on adjoindre à ce groupe les 7 « conducteurs », 5 « wagonniers »et les 4 « chargeurs (de cage) », les 4 « ajusteurs », les 2 « rocheurs »et les 2 « coupeurs de murs », le « perceur », le « bowetteur » (chargé de creuser les galeries principales) et le « boiseur » (qui étaie les galeries), ainsi qu’au moins une partie des 22 « manœuvres ». Au total, les « mineurs de fond » au sens large constituent 89% du corpus.

Au jour, on retrouve probablement l’« ouvrier de carrière » et les 2 « repelleurs » qui œuvrent en équipe au chargement des bateaux et veillent à leur équilibre, associés au « marinier ». Parmi les autres métiers recensés, 1 « basculeur », 1 « bétonneur », 3 « chauffeurs », 1 « forgeron », 1 « goudronnier », 3 « maçons » ou encore 1 « mécanicien ».

L’encadrement de cette main d’œuvre diverse est assuré par une multitudes de « chefs »selon les cas« d’équipe (4), de carreau, de couloir, de coupe, de division, de taile (sic), -surveillant ou -trieur ».


Un emploi pour quelques jours à plusieurs dizaines d’années, souvent discontinu

Les fiches individuelles indiquent également l’année de première d’entrée et celle de sortie définitive des cadres de la Société des Mines de Lens. Entre ces deux dates, plus ou moins éloignées (cf infra), le salarié peut avoir occupé plusieurs postes, voire plusieurs métiers différents. Il arrive également que le mineur quitte la compagnie un temps pour mieux y revenir plus tard, quelques mois ou quelques années plus tard, et ce à plusieurs reprises parfois. La durée réelle d’emploi par la Société des Mines de Lens s’en trouve donc réduite d’autant.

Le premier relevé présenté ici ne tient pas compte de ces interruptions qui démultipliaient les informations à collecter. La durée indiquée est donc celle de l’amplitude maximale d’emploi et n’est effective que pour les deux premières catégories.

En effet, dans 63 cas (18%), les deux dates s’inscrivent dans la même année et la durée d’emploi n’excède donc pas 12 mois maximum ; de même, pour 68 autres cas (19,4%), la sortie intervient dans l’année civile qui suit l’entrée, soit quelque 24 mois maximum après l’embauche. En somme, dans près de 40% des cas, les mineurs de la Société des Mines de Lens la quittent avant le début de leur troisième année d’activité à son service, ce qui éclaire d’un jour cru les probables conditions de travail et de salaire (cf infra).

De fait, les carrières « longues » sont de plus en plus rares, comme l’illustrent les chiffres suivants

  • Entre 2 et 5 ans : 84
  • Entre 6 et 10 ans : 52
  • Entre 11 et 15 ans : 28
  • Entre 16 et 20 ans : 24
  • Entre 21 et 25 ans : 13
  • Entre 26 et 30 ans : 3
  • Entre 31 et 35 ans : 5
  • Entre 36 et 40 ans : 2
  • Plus de 40 ans : 2

Il est enfin mentionné pour la dernière période d’emploi la raison de fin d’activité. Et l’on voit alors plusieurs grandes catégories se dégager :

  • Le décès pour 23 salariés, dont un à la suite d’un accident ; on peut y ajouter les 8 « invalides » et les 8 « malades », soit 39 cas au total (11%) ;
  • Le « départ à la retraite », indiqué comme tel dans 42 cas, en plus des 6 cas de « mise à la retraite » ; relèvent la même logique les 43 « pensionnés », les 11 salariés qui « prennent leur pension » et les 6 qui « prennent leur retraite », soit un total de 108 salariés (31%). On peut remarquer au passage qu’il n’y a pas de nomenclature harmonisée pour une même réalité effective ;
  • Les réaffectations au sein de l’entreprise sont rares : 2 mineurs vont « travailler au four », 1 « aux usines » alors qu’1 autre « passe au Secteur Est » ; ajoutons-y ceux qui s’emploient auprès d’autres compagnies minières : 1 à Anzin et 1 à Courrières (sans doute retrouverait-on leur fiche dans les fonds correspondants) ;
  • Les « mauvais sujets » – ou considérés comme tels par les cadres de l’entreprise – sont également renvoyés, comme le seul « licencié » du corpus, les 4 « rayés des contrôles, du personnel » ou encore « pour absences » et les 11 « renvoyés », dont 4 « pour absences ». Pour l’un d’entre eux enfin, le licenciement s’accompagne d’une expulsion : François Basowzski, né en 1896 à Sarisap (au nord-ouest de Budapest), arrivé de Hongrie à Noyelles-sous-Lens en 1923, et employé comme coupeur de murs dans 3 fosses distinctes jusqu’en 1932 [2006 1 901]. Mal noté dans son dernier poste par son chef de service, il est finalement expulsé en mars 1932, soit plus de deux ans avant le grand mouvement d’expulsion des mineurs polonais d’août 1934 à la suite des grèves à l’Escarpelle, sur la commune de Leforest (à l’est de Lens) ;
[2006 1 901]

Mais le plus souvent, les ouvriers partent d’eux-mêmes comme celui qui, déjà noté comme « malade ; ne peut plus travailler au fond » à un poste précédent, et qui « ne se présente plus ; coutumier du fait, ouvrier médiocre ». Un autre est « Parti furtivement ». Ces exemples de départs « volontaires » (on en compte 5 pour lesquels le terme est employé en toutes lettres) apparaissent sans doute comme les plus intéressants en ce qu’ils reflètent la dureté du travail à la mine (sur l’une des fiches on trouve cette mention éloquente « Cet ouvrier n’a fait qu’une journée »), la faiblesse des salaires et les espoirs d’une vie meilleure, ailleurs ;

Ils sont ainsi 24 à partir en invoquer comme raison « Ne se plait plus » et 14 autres parce qu’ils « Ne gagne[nt] pas assez », sans que la source indique ce qu’ils deviennent (11%) ;

Pour 5 d’entre eux, il est fait précisément mention de la nouvelle carrière qu’ils embrassent : « Va au Canal de Douai ; aux Chemins de fer ; faire du commerce ; être gendarme ; Part dans l’aviation civile » ;

D’autres enfin « repartent chez eux », que ce soit en France (« à Béthune ; à Lille ; à Saint-Etienne ; dans le Gard ; à Paris ») et parfois pour des raisons familiales (« va rejoindre sa famille ; va se remarier à Calais ; va soigner ses parents malades ; Sa femme ne veut pas venir »), ou plus loin, à l’étranger : « en Lorraine ; en Sarre et Moselle » alors allemandes, « en Italie, en Pologne, en Hongrie » (24 au total, soit 7%).


Matthieu de Oliveira

MCF en Histoire contemporaine Université de Lille - Faculté des Humanités - Département d'Histoire Responsable du Master Archives Eternel Padawan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search