3- Présentation du corpus étudié

Ce 3e billet est consacré à une présentation générale des 350 mineurs composant le corpus étudié.

Ont donc été retenues pour cette première étude 350 fiches de la Société des Mines de Lens, à la fois parce qu’il faut bien s’arrêter à un moment et que l’on dispose là d’un échantillon assez large pour être « représentatif ».

Le critère de sélection de ces 350 « mineurs » est le prénom « François », nom choisi parce qu’il existe dans presque toutes les langues européennes et qu’il est aisément traduisible au besoin. Ces 350 mineurs vont ainsi de Pierre François Aarts [2006 1 1] à François Degros [2006 1 5614].

Ces 350 « mineurs » représentent au final  

  • 0,2% du total des fiches disponibles, mais aussi
  • 1,3% des mineurs de la Société des Mines de Lens,
  • 3,5% des 9 992 « François » des 5 Compagnies des Mines
  • 21,5% des 1 627 « François » de la Société des Mines de Lens

La mine, un monde international avec une dizaine de nationalités au total

On repère aisément une large majorité de Français : 261 au total, soit près des 75%. Plus de la moitié d’entre eux est originaire du Pas-de-Calais (21 natifs de Liévin, 10 de Pont-à-Vendin, 9 de Liévin, 8 de Billy-Berclau, 7 de Wingles, 5 de Vendin-le-Vieil, 4 de Nœux-les-Mines, …), mais aussi de plus loin : Lille et Lomme dans le Nord, Ay (Marne), Paris (Seine), Saint-Étienne (Loire), Marseille (Bouches-du-Rhône), et même Papeete pour l’un d’entre eux, François André [2006 1 306].

Un certain nombre de ces Français sont nés à l’étranger et ont été naturalisés, en application des lois de 1889 et de 1927 qui permettent à de nombreux étrangers d’acquérir la nationalité française. Il arrive d’ailleurs que la fiche indique à l’occasion la référence du décret de naturalisation, comme pour celle de François/Francisek (sic) Bohadlo, N° 45 497 X 38.

[2006 1 2075]

Parmi ces naturalisés, on trouve par exemple

  • François Almeida, né en 1892 à Figueira, au Portugal [2006 1 245]
  • François Bogovic, né en 1899 à Gornja Johana en Serbie [2006 1 2069]
  • Jules François Bouche, né en 1881 à Messines, en Belgique [2006 1 2346]
  • François/Franciszek Budka, né en 1885 à Sernicki, en Pologne [2006 1 3040]
  • François Chojnaczki, né en 1899 à Gowardzia, en Hongrie [2006 1 4067]
  • François Daumont, né en 1861 à Peruwelz, en Belgique [2006 1 5239]
[2006 1 2069]
[2006 1 3040]

Les ratures sur la fiche attestent bien que le processus de naturalisation est intervenu une fois le mineur installé en France (dans un délai à vérifier) et que la Société des Mines de Lens en est (ou se tient) informée.

Les autres sont donc des étrangers et avant tout des Polonais, au nombre de 45 (13%), ce que confirme le Musée national de l’immigration dans la page présentée ici. Viennent ensuite les autres « communautés nationales », bien plus réduites : 9 Belges et autant de Serbes, 8 Tchécoslovaques, 6 Hongrois, 5 Italiens, 3 Yougoslaves, …

On observe l’importance quantitative du groupe formé par les nationaux originaires des Etats héritiers de l’Empire austro-hongrois (Serbes, Tchécoslovaques et Hongrois, mais également Yougoslaves, voire possiblement des Polonais originaires du Sud du pays). François Belostik, originaire de Silésie, est ainsi « polonais autrichien ».

[2006 1 1240]

Des hommes nés au cours du second XIXe siècle

L’amplitude des dates de naissance est d’une quarantaine d’années, s’étendant de 1861 pour celui qui est né le plus tôt et 1899 pour les plus récents. Le corpus numérisé et mise en ligne ne propose aucun mineur né en 1900 ou après, pour des raisons de protection des informations personnelles, afin de se conformer aux délais de communicabilité en vigueur (120 ans après la naissance de la personne concernée).

  • Années 1860 : 22 individus (6,3%)
  • Années 1870 : 64 individus (18,3%)
  • Années 1880 : 101 individus (28,8%)
  • Années 1890 : 163 individus (46,6%)

Maris et pères

On recense 312 mineurs mariés ou en couple, c’est-à-dire dont on connaît le nom de la conjointe/de l’épouse. On peut également ajouter à cette cohorte 4 veufs et 2 séparés. Ce sont donc près de 9 sur 10 qui sont ou ont été officiellement mariés ou en couple. Pour autant, rien n’atteste effectivement que leurs épouses soient elles aussi présentes dans le Pas-de-Calais, en particulier pour les étrangers.

Pour le reste, on compte 1 célibataire indiqué comme tel et 32 individus pour lesquels la partie réservée au conjoint demeure vide.

Ces 350 hommes sont pères de 775 enfants au total, soit une moyenne de 2,2 par personne/couple. Comme toute moyenne, celle-ci ne veut pas dire grand-chose et gomme les écarts, ici importants. Notons tout d’abord que 86 des 350 mineurs n’ont pas d’enfant(s), réduisant le groupe des pères à 264 individus (75%).

124 d’entre eux (35%) ont 1 ou 2 enfants seulement ; 116 (33%) ont 3, 4 ou 5 enfants ; enfin les 25 derniers (7%) ont 6, 7 ou 8 enfants. Ils sont 6 dans ce dernier cas et présentent des configurations variées allant de 7 garçons et 1 fille (2 occurrences) à 4 garçons et 4 filles (1 occurrence). Pour quatre de ces couples, au moins l’un des conjoints porte un patronyme à consonance polonaise, ce qui fait penser que les préceptes catholiques relatifs à la procréation ont été rigoureusement observés.

Des prénoms originaux

Si les 350 mineurs composant le corpus ont pour point commun de porter le prénom François, 48% d’entre eux ont également un ou plusieurs autres prénoms. Certains sont d’ailleurs assez originaux, comme l’indique ce rapide relevé :

  • Albéric
  • Clovis
  • Evremont
  • Léonce
  • Omer
  • Onésime
  • Télésphore

Matthieu de Oliveira

MCF en Histoire contemporaine Université de Lille - Faculté des Humanités - Département d'Histoire Responsable du Master Archives Eternel Padawan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search