1- 350 MINEURS DE LA SOCIETE DES MINES DE LENS

Dans le cadre d’un enseignement de L3 consacré aux Archives, j’ai demandé à un étudiant de procéder à un premier relevé d’informations à partir des fiches individuelles des mineurs du Nord, conservées, numérisées et mises en ligne par les Archives nationales du monde du travail sur leur site.

En voici une présentation rapide, en attendant une analyse plus précise et développée. L’ensemble se présente sous la forme de 5 billets successifs présentant le fonds et ce qu’il est possible d’en extraire comme informations, au profit de la recherche historique.

  1. Le Fonds des ANMT

Les ANMT, à l’occasion de la mise en ligne de leur nouveau et très attendu site internet, mettent à la disposition de la communauté scientifique un très bel ensemble de fiches individuelles des mineurs employés par les compagnies houillères du Nord de la France. Ces documents proviennent des fonds récupérés par Charbonnages de France à la suite de la nationalisation intervenue à la Libération et progressivement confiées aux services d’archives compétents.
Voici la présentation qu’en font les ANMT :

La période concernée est pour l’essentiel antérieure à la nationalisation des mines en 1946 : les dossiers sont donc ceux des compagnies privées ayant exploité le charbon avant cette date. Plus rarement, ils peuvent également avoir été annotés ou complétés après 1946 par les Houillères du Bassin du Nord-Pas-de-Calais (HBNPC), établissement public ayant pris le relais
des compagnies à la Libération.
Les dossiers retracent le parcours professionnel des mineurs de fond depuis leur entrée dans la mine jusqu’à leur sortie : en plus de ces données strictement professionnelles, ils peuvent comprendre des informations d’état civil, des photographies, des avis sur la manière de servir, etc.
Leur numérisation et mise en ligne répondent à la fois à la volonté légitime des descendants de mineurs d’accéder à cette information, au désir des chercheurs d’accéder plus facilement à cette source et plus globalement à une demande mémorielle forte autour de l’histoire du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2012.
À noter : les dossiers de carrière des mineurs du Nord-Pas-de-Calais appartenant à d’autres compagnies ou nés après 1900 ne sont pas conservés par les Archives nationales du monde du travail. Ils sont disponibles auprès de l’Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs,
23 Avenue de la Fosse, 62221 Noyelles-sous-Lens (tél : 03.21.79.48.48).

De son côté, le site du bassin minier, déclaré patrimoine mondial de l’Unesco en 2012, propose une rapide présentation de chacune des compagnies exploitantes. J’y renvoie, en particulier pour celle de la Société des mines de Lens, apparue en 1852 et décrite comme « une des plus puissantes Compagnie du Bassin minier, s’étend sur 6939 hectares sur des veines de charbons gras et charbon à coke. […] Dans les années 1930, alors au maximum de sa production, la Société des Mines de Lens exploite 33 fosses, possède 10 000 logements ouvriers et emploie plus de 17 000 hommes et femmes. »

Carte des concessions minières du Pas-de-Calais

Sont donc mises en ligne par les ANMT :

  • Pour la Compagnie des Mines de Béthune : 49 793 fiches individuelles
  • Pour la Société des Mines de Lens : 26 117 fiches individuelles
  • Pour la Compagnie des Mines de Carvin : 6 332 fiches individuelles
  • Pour la Compagnie des Mines d’Aniche et Escarpelle : 53 680 fiches individuelles
  • Pour la Compagnie des Mines de Meurchin : 476 fiches individuelles

Soit un total de 136 398 fiches disponibles. Il s’agit dans leur immense majorité d’hommes, mais on y trouve à l’occasion quelques femmes, comme Lucile Jeanne Marie Gérard [2006 1 9771] ou Sophie Léonie Buquet [2006 1 3094].

Dans l’hypothèse d’une analyse extensive de ces fiches, il sera sans aucun doute passionnant d’évaluer la part des femmes dans le corpus total et d’examiner leur parcours, ainsi que les fonctions qu’elles occupent.

[2006 1 9771]
[2006 1 3094]

Pour chacune de ces fiches numérisées, on dispose d’une cote (cotation à l’article donc, assez rare pour être signalée, mais cohérente avec le projet de numérisation) et d’un Identifiant ARK correspondant au lien pérenne vers la notice en ligne, comme on peut le voir pour la fiche de François Chevallay.

Cote : 2006 1 4005
Importance matérielle : 0.002 ml
Modalités d’accès : article numérisé (numérisation en ligne ou à demander auprès des ANMT)
Organisme : Société des mines de Lens
Date de naissance : 12 février 1888
Identifiant ARK : ark:/60879/426502.924232

Ce projet de numérisation et de mise en ligne s’inscrit dans un processus de longue haleine qui a mobilisé plusieurs acteurs sur plusieurs années. Parmi ces derniers, je compte – non sans fierté – au moins deux diplômés du Master Archives de la Faculté des Humanités de l’Université de Lille : Adeline Markey (promo 2010), qui avait été chargée en son temps de la préparation, de l’indexation et du plan de numérisation et Joseph Suel (promo 2015) qui a activement participé à la campagne de numérisation, d’indexation et de reconditionnement des fiches.

Au-delà, les acteurs associés au projet sont nombreux : l’ANGDM, Mineurs du monde, les ANMT, la Régie industrielle des établissements pénitentiaires (numérisation) ou encore le prestataire CADN.

Dans sa configuration actuelle, l’interface des ANMT propose une possible indexation de ces fiches sur le modèle du projet « 1 Jour 1 Poilu » . Il serait de fait très utile de promouvoir un projet 1 Jour 1 Mineur #1J1M, tant pour les descendants de ces mineurs qu’à destination des chercheurs en histoire économique et sociale, du travail, de la santé et/ou de la mine.

Logo du projet Mineurs du Monde

Ce projet avait déjà été envisagé, sous une autre forme, dans le cadre du programme Mineurs du Monde porté par la région (alors) Nord-Pas-de-Calais. La mise en place d’un partenariat avec l’INA débouchant sur la création de la mise en ligne de la Fresque Mémoire de Mines puis la réforme territoriale débouchant sur la création de la nouvelle région Hauts-de-France ont entrainé la mise en sommeil du projet (pour ne pas dire son abandon pur et simple).

Bannière de la fresque INA Mémoires de Mines

L’ambition était alors de proposer à terme une plateforme à vocation généalogique, une sorte d’« Ellis Island de la mine », sur le modèle de ce que propose le musée new-yorkais de l’immigration. A une moindre échelle, le projet consacré aux mineurs pourrait ainsi reprendre à son compte la phrase d’accroche du musée états-unien : « Explore our vast database of 65 million passenger records … »

L’IRHiS, le laboratoire de recherche des historiens de l’Université de Lille avait été associé à la réflexion et la Lettre de l’INSHS n°24 de juillet 2013, s’en était fait l’écho [p.16].

A suivre, le 2e billet : « 350 Fiches individuelles de mineurs lensois »


Matthieu de Oliveira

MCF en Histoire contemporaine Université de Lille - Faculté des Humanités - Département d'Histoire Responsable du Master Archives Eternel Padawan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search