Les étudiants du Master Archives partent en stage 2021

Dans le cadre de la formation du Parcours Archives du Master Histoire de l’Université de Lille, les étudiants sont tenus de faire un stage chaque année, d’une durée de 3 mois minimum en M1, avec des missions principalement tournées vers le classement, et de 4 à 6 mois en M2, cette fois avant tout consacrés à des missions de valorisation, de records management ou encore d’archivage électronique. Les stages répondent à des objectifs précis et donnent lieu à la réalisation de travaux de nature différente, tant sur le versant professionnel que sur le versant académique.

En M1, les objectifs de stage sont les suivants : validation des acquis théoriques et pratiques suite aux enseignements donnés au cours de l’année sur les thèmes suivants : cadre institutionnel, droit des archives, procédures de collecte, méthodologies de traitement des archives. La priorité est donnée au traitement d’un fonds d’archives et à la rédaction d’un instrument de recherche. Au-delà, le stage permet de découvrir les différentes composantes du métier d’archiviste, les fonctions d’un service d’archives, par exemple : accueil et orientation du public en salle de lecture ; magasinage ; recherches ; relations avec les services versants : rédaction de tableaux de tri, formation… ; inspection d’archives communales ou autres ; traitement d’archives en équipe ; valorisation : expositions, publications, service éducatif…

En M2, les objectifs de stage sont cette fois : validation des acquis théoriques et pratiques suite aux enseignements donnés en cours sur les thèmes suivants : Records Management, archives photographiques et nouvelles technologies, archives électroniques, conservation préventive et bâtiments, accueil du public, valorisation. Le stage vise également à développer en autonomie un projet propre et utiliser les concepts enseignés dans le cadre d’une expérience professionnelle ou encore à découvrir et analyser le fonctionnement d’un service, d’une institution : organisation (organigramme, position hiérarchique…), moyens humains (gestion des effectifs et des ressources humaines, statuts…), moyens financiers (préparation du budget, exécution, marchés publics…).

Les étudiants cherchent et décrochent leur stage selon les cas dans des services publics ou privés, partout en France. Cette année, COVID oblige, l’immense majorité des stage se déroule dans les Hauts-de-France, voire dans le Nord et le Pas-de-Calais.

Les étudiants sont avant tout en stage dans des services publics d’archives, à commencer par les partenaires privilégiés du Master Archives de l’Université de Lille que sont les Archives nationales du Monde du Travail de Roubaix, les Archives départementales du Nord et celles du Pas-de-Calais. Viennent ensuite les Archives municipales qui accueillent des étudiants de M1 comme de M2, à Armentières, Calais, Dunkerque (2 étudiants), Maubeuge, Roubaix, Saint-Ouen, Soissons et Valenciennes (2 étudiants).

Localisation des stages des étudiants de M1 et M2
pour l’année 2021
© C. Hélin – IRHiS

Les archivistes du site de Villeneuve d’Ascq de l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (INSPÉ), le site lillois de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) ainsi que de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) installée à Roubaix ont également accepté d’encadrer chacun un stage. Enfin, le Service Archives de l’Assemblée nationale, à Paris, accueille une nouvelle fois une stagiaire lillois, quelques années après une première expérience concluante. Voilà pour les stages se déroulant au sein de services publics.

Mais le privé, au sens large, prend également sa part dans la formation et l’encadrement des étudiants lillois. A commencer par la Fédération universitaire et pluridisciplinaire de Lille, mieux connue sous le nom de Catho de Lille, dont les archivistes accueillent deux étudiantes, une en M1 et une en M2. Les Archives diocésaines de Cambrai reçoivent quant à elles un étudiant de M2.

Les associations font de même, via les services Archives de la Croix-Rouge et d’AIDES et celui de la Fondation pour l’Écologie politique, toutes trois installées à Paris. Enfin, un étudiant de M1 fait son stage sur le site de la BNPParibas de Dinan, dans les Côtes d’Armor.

Chacun de ces stages doit faire l’objet d’un billet rédigé par les étudiants. Chacun de ces billet est structuré autour d’une rapide présentation du service d’accueil, suivie d’un exposé des missions qui lui ont été confiées.


Matthieu de Oliveira

MCF en Histoire contemporaine Université de Lille - Faculté des Humanités - Département d'Histoire Responsable du Master Archives Eternel Padawan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search